Le Centre d'apprentissage interculturel et les Stages pour les jeunes Autochtones

Participants à l'atelier des coordonnateurs des stages internationaux pour les jeunes Autochtones (SIJA) avec des représentants du Centre d'apprentissage interculturel et de l'Agence canadienne de développement international.

L'Agence canadienne de développement international (ACDI) a lancé récemment les Stages internationaux pour les jeunes Autochtones (SIJA) et a choisi huit organisations pour gérer et mener à bien la première série de stages. Compte tenu de l'importance de cette nouvelle initiative et des défis liés à la mise en œuvre de programmes de stages pour les jeunes, l'ACDI a demandé au Centre d'apprentissage interculturel (CAI) de l'aider à mettre sur pied un atelier de formation pour les coordonnateurs des stagiaires avant la mise en œuvre de l'initiative.

Les conseillers en apprentissage du CAI ont commencé par effectuer une analyse des besoins relativement aux connaissances et à l'expérience de travail des huit organisations auprès des jeunes Autochtones. Les organisations ont indiqué qu'elles souhaitaient grandement assister à l'atelier de trois jours et ont saisi l'occasion pour clarifier certaines questions importantes liées à la mise en œuvre et mettre en commun de bonnes pratiques.

L'atelier des coordonnateurs des SIJA avait pour but de les aider à soutenir plus efficacement les jeunes stagiaires. Il visait également à aborder un certain nombre d'aspects découlant des discussions avec l'ACDI et des résultats de l'analyse des besoins, notamment les suivants :

  • intégrer les méthodes d'enseignement traditionnel autochtone;
  • favoriser un environnement propice à l'échange des idées, faciliter les discussions et mettre en commun les bonnes pratiques;
  • préciser les besoins relatifs aux activités et aux programmes de l'ACDI;
  • faire en sorte que les objectifs d'apprentissage soient atteints dans les délais impartis.

Les deux premiers jours de l'atelier avaient pour objectif de clarifier à l'intention des coordonnateurs les questions portant sur les programmes et les questions de nature administrative et de combler les lacunes sur le plan des connaissances en ce qui a trait au travail avec les jeunes Autochtones. Cela a permis de promouvoir la mise en commun des bonnes pratiques utilisées actuellement et d'examiner la façon de les adapter à l'initiative des SIJA. Donné par des animateurs du CAI, un aîné anishnawbe et d'autres personnes‑ressources autochtones, l'atelier comportait des exposés, des séances de questions et réponses, des simulations et le décodage d'incidents critiques.

« Les personnes‑ressources autochtones ont été formidables; j'ai vraiment apprécié cette occasion de poser des questions à propos de l'ACDI et de discuter des stratégies… J'ai aimé l'ouverture des discussions. »
Commentaires d'un participant à l'atelier sur les SIJA

La contribution et l'engagement très grands des participants ont témoigné des difficultés et des considérations particulières liées au soutien et au travail auprès des jeunes Autochtones. Les évaluations et la dynamique de groupe ont révélé que les participants avaient atteint leurs objectifs et que l'expérience avait été positive.

L'atelier destiné aux coordonnateurs des SIJA a fourni au CAI un contexte précieux sur l'initiative des SIJA et, plus important encore, a donné des indications sur la dynamique permettant de faciliter l'acquisition de connaissances par les apprenants autochtones et le travail avec des aînés autochtones.

« L'atelier a contribué à établir des réseaux, à attirer l'attention sur les jeunes stagiaires autochtones au cœur du programme et à donner le ton à une expérience axée sur la solidarité et la collaboration pour tous les participants. »
Heather MacKinnon, conseillère en apprentissage du CAI, concernant l'atelier pour les coordonnateurs des SIJA

Contactez le Centre d'apprentissage interculturel pour en apprendre d'avantage : cultures@international.gc.ca